Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > LA VIE DE LA COMMUNE > LE Chevrier

LE Chevrier

        Le Chevrier

 

                Quand passait Ce  Chevrier...

    En 1880, notre village comptait peu de maisons limitées bien souvent à une
pièce parfois sans fenêtres pour échapper à  l 'impôt sur Ces ouvertures. Les pauvres

villageois auxquels  s'ajoutait une petite communauté de religieuses Feuillantines vivaient de

leurs produits et un chevrier itinérant, à la tête d'un troupeau d'une trentaine de bêtes

menées au son du flageolet leur apportait ce dont ils manquaient, Le lait et le fromage.

L 'homme, séducteur avec Ces dames, matois, Languard; n'attirait pas La sympathie mais il

était indispensable à La vie du village. Dans Le troupeau, une belle chèvre noire semblait

plus que Les autres réceptive aux  accents de son flageol. Elle se dressait sur ses sabots,

pirouettait, bondissait, posait même ses pattes sur le rebord des fenêtres en bêlant.

Superstitieux Les habitants l'avaient surnommée La chèvre du diable.

    Or, un jour, des  enfants furent pris d'évanouissements vite oubliés car ils ne
Persistèrent  pas. Quelques jours après, des adultes se plaignirent de cauchemars et
d'hallucinations qui disparurent rapidement. :Mais un matin plusieurs villageois
tombèrent dans une torpeur et un engourdissement tels que La frayeur s'empara de tous au

point que Le chanoine de Muret fut appelé pour chasser ce que l'on croyait être de

La sorcellerie. Homme d'église rationnel, il appela l'apothicaire qui constata
sans mal un état narcotique plus proche de l'empoisonnement que de l'envoûtement.

La raison devait se cacher dans ce fromage et ce lait car le comportement pour le moins

anarchique de la chèvre noire, celle du ''diable''  l'avait toujours étonné. Il la fit amener,

remarqua la pupille rétrécie et la bave verte moussant sur son museau. Il comprit! l'animal

était aussi sous l'emprise d'une ingestion de narcotique et son lait empoisonné avait

contaminé les habitants de Villate. Une reconstitution du parcours du troupeau s'avérait

utile pour recenser les herbes broutées par la gent caprine. Au détour du chemin qui mène

vers La forge, l'homme de science reconnut plusieurs pieds de stramoine ou datura dont

justement il usait dans sa pharmacopée. La chèvre noire, plus friande que les autres, était

aussi plus atteinte. Le mystère s'éclaircissait !
    Tout cela était dû à la daturine contenue dans les laitages.

Le chevrier, peu sympathique fut soupçonné d'avoir fait pâturer ses bêtes . volontairement à

cet endroit-Là. Il comparut devant Le juge pédané (qui jugeait debout) fut condamné à

 payer Les soins aux malades et à aller vendre ses produits ailleurs... Il resta suspect,

d'autant plus que ce malicieux racontait que les soirs de pleine lune il dansait le menuet

 avec Le diable au son du flageol dans lequel soufflait La bique noire.

 

 

info portfolio

IMG/jpg/chevre.jpg

2 Messages

Répondre à ce message

Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP 3.0.20 [22255] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le jeudi 20 avril 2017